Les ptérosaures sont apparus comme les oiseaux

Les ptérosaures ont atteint jusqu’à douze mètres d’envergure à l’apogée de leur domination sur l’espace aérien. Mais même les lézards volants, les premiers vertébrés à voler de leurs propres ailes, ont commencé petits. C’est ce que montrent les fossiles du lézard vieux de 230 millions d’années découverts en 1907. Scleromochlus tayloriqu’une équipe dirigée par Davide Foffa des National Museums of Scotland à Edinburgh a clairement identifié comme étant un proche parent des dinosaures volants. Comme le rapporte l’équipe dans « Nature », cette découverte soutient la thèse selon laquelle les ptérosaures sont issus de lézards vivant au sol et marchant au moins en partie sur deux pattes.

L’origine évolutive des ptérosaures reste aujourd’hui encore mystérieuse, car leur morphologie est extrêmement différente de tout ce que l’on connaît habituellement des reptiles. Et même l’anatomie de Scleromochlus taylori est une énigme, notamment parce que les millions d’années ont fortement déformé les rares fossiles et que l’on ne connaît souvent que leurs empreintes dans la roche. Certains le considéraient même comme un cousin du crocodile, et des querelles ont également éclaté pour savoir s’il courait, rampait comme les lézards modernes ou même sautait comme une grenouille.

Pour répondre à ces questions, l’équipe de Foffa a scanné un fossile de lézard dans un tomodensitomètre de haute précision. Sur cette base, elle a reconstruit l’ensemble du squelette et surtout sa posture probable. Le résultat montre qu’il s’agit effectivement d’un proche parent des ptérosaures. Son crâne, par exemple, est inhabituellement long, une tendance qui prenait des proportions extrêmes chez les lézards volants. De plus, ses membres indiquent qu’il n’était pas un pur quadrupède. Il est donc possible que les ptérosaures aient évolué de la même manière que les oiseaux modernes, à partir de bipèdes rapides qui pouvaient utiliser leurs membres antérieurs pour battre des ailes.